• 10744 visits
  • 154 articles
  • 1548 hearts
  • 2366 comments

Newletter 29/02/2012

Un manoir pour refuge 17/03/2014

Science-fiction & fantastique
320 pages chez Bookelis
 
Résumé :
Élève au lycée français de Prague, Mila vit chez sa grand-mère depuis la disparition de ses parents. Chaque nuit, elle fait ce rêve étrange et rassurant d'un manoir perdu au fin fond de la lande écossaise. Elle y retrouve une amie chère à son c½ur et rencontre Kenneth, un mystérieux jeune homme dont elle tombe amoureuse. Un jour, lors d'un atelier de dessin-écriture, Mila révèle à sa classe l'existence du manoir. Le soir même, se trouve bouleversé le rêve qu'elle croyait immuable : elle découvre que ses camarades du lycée se sont glissés dans la peau de nouveaux domestiques. Mila doit se rendre à l'évidence : son rêve n'est pas comme les autres. Les frontières entre fiction et réalité finissent par se brouiller : alors qu'une domestique est assassinée au manoir, une camarade de classe ne se réveille plus... Mila est cependant loin d'imaginer la véritable nature de ce qui pourrait devenir un vrai cauchemar. Commence alors une course contre la montre pour échapper à l'emprise du manoir, mais Mila ne sait si elle pourra se résoudre à abandonner Kenneth...
 
Avis :
Rêve, réalité ? Au début, nous allons de l'un à l'autre sans savoir qu'ils ne font qu'un, d'une bien étrange façon. Le départ mêle donc deux histoires distinctes pour n'aboutir qu'à un seul monde.
 

L'idée de base est originale, nous avons un imaginaire particulier et qui change. Malheureusement, la direction que prend l'univers de science fiction ne m'a pas parlé.
C'est vraiment dommage car on sent derrière un travail de recherches en tous genres : architecture, paysages et même mythologie nordique.
 
L'atmosphère est retranscrite avec soin pour tous les lieux visités que ce soit l'Écosse, Prague ou d'autres qui sont au centre de l'intrigue... Je me tais, suspense oblige. Le manoir est l'endroit qui m'a le plus plu, il dégage un charme fou et une ambiance qui met mal à l'aise. Il possède des cachettes, des corridors que j'ai aimé découvrir et parcourir au cours de ma lecture.
 
Les personnages sont un peu trop jeunes pour que je m'identifie à eux mais j'ai beaucoup aimé le camarade belge avec toutes ses expressions de chez lui, cela ajoutait un côté authentique à ce protagoniste. 
Les autres sont pour la plupart très mystérieux, on a peu d'informations, on a plus une vue d'ensemble du groupe, même si chacun leur tour ils se démarqueront quand l'opportunité viendra de s'illustrer dans l'aventure.
 
La fin est trop rapide et nous laisse sur quelques interrogations, le rythme est trop crescendo d'un coup.
 
On sent que l'auteure a mis tout son c½ur dans ce roman, qu'elle s'y est pleinement investie, mais l'histoire n'a pas fait mouche sur moi, malgré le soin pris à accorder différents genres et domaines. Peut-être que trop d'éléments justement sont insérés et nuisent à notre implication, on s'éparpille un peu et nous n'arrivons pas réellement à nous fixer.
 
Une lecture riche et complexe à l'ambiance un peu fantomatique et bizarrement froide.
 
Remerciements :
A l'auteure Ena Fitzbel pour ce partenariat.

Un monde pour Clara 17/03/2014

Jeunesse
352 pages chez Hachette Black Moon
 
Résumé :
2027. En France.
Après une catastrophe nucléaire succédant à tant d'autres, l'écologie est plus que jamais au centre des préoccupations.
Les Enfants de Gaïa est une puissante secte extrémiste qui mêle discours écologiste et spiritualité.
Diane, dont la jumelle Clara est morte suite à cette catastrophe, participe,
avec son meilleur ami Léo, à l'une de leurs manifestations anti-nucléaire. Mais la marche pacifique tourne au combat de rue, et Diane, grièvement blessée, tombe dans le coma...
Dix ans plus tard, la jeune fille se réveille. Pendant son sommeil, le monde s'est transformé.
Les Enfants de Gaïa sont à la tête du pays. Ils sont tout puissants. Et ils ont fait de Néo Lutécia, construite sur les ruines de Paris, la cité écologique idéale. Diane y retrouve Léo, désormais lieutenant de la secte. Elle apprend qu'elle est devenue l'icône de la Révolution Verte, une incarnation vivante de Gaïa aux yeux de ses fidèles et découvre un nouveau monde bien loin de celui dont Léo et elle avaient rêvé...
 
Avis :
Que de beauté se dégageant de ce monde qui se veut en harmonie avec Mère Nature ! J'ai trouvé tous les décors offerts sublimes, on se sent en osmose avec toute cette pureté qui n'est qu'une façade, malheureusement, car le pays, même s'il se veut écolo à fond, a des tares cachées.
 
La première partie se charge de nous présenter tranquillement le monde tout en nous faisant rêver.  Mais déjà on sent que quelque chose cloche, qu'il y a des fissures dans ce nouveau système et ses idéaux. Ensuite tout bascule, on enchaîne les rebondissements de plus en plus vite, ils sont de plus en plus durs. Le rythme est haletant, on se sent pris au piège, les émotions de Diane devenant les nôtres jusqu'à la fin. Que d'épreuves, de tristesse et d'amour apparaissent au fil des pages !
 
Diane est une jeune femme plutôt effacée. Le souvenir de sa jumelle qui était la plus forte des deux, à ses yeux, la fait se sentir mieux en retrait. Mais tout vient à point à qui sait attendre et elle se révéle à nous, lecteurs. Que de force se dégage alors de ce petit être ! Son évolution est fascinante à lire.
 
Une aide lui est apportée pour cela : la balance gentils/méchants est bien équilibrée, et contient aussi son lot de surprises qui l'incitent à changer, grandir et prendre confiance en elle.
 
La relation spéciale existant entre les deux s½urs est très touchante et permet d'apporter un plus dans l'intrigue.
 
Le thème choisi comme base de dystopie nous parle, il est dans l'ère du temps. Partout est clamé la nécessité de prendre soin de notre Terre qui nous montre son mécontentement à travers des manifestations climatiques impressionnantes. On se dit mais comment, en voulant la préserver avec force, peut-on découler sur un tel gouvernement et une telle abomination ? Comme on dit : l'Enfer aussi est pavé de bonnes intentions...
 
Le schéma du genre est respecté et suivi à la lettre, la vraie force de ce roman réside dans les sentiments et le style à la fois épuré, teinté de vert et vivant. Une véritable réflexion sur l'Humain s'en dégage.
 
Ce livre nous met une claque monumentale et ne laisse pas nos neurones en paix une fois terminé.

Les trois livres du ver Caro (3) 14/03/2014

Play the video

Un pour tous, tous pour lire.

Mille soleils splendides 24/01/2014

Drame
405 pages chez Belfond
 
Résumé :
Forcée d'épouser un homme de trente ans son aîné, Mariam ne parvient pas à lui donner un fils. Après dix-huit années de soumission à cet homme brutal, elle doit endurer une nouvelle épreuve : l'arrivée sous son propre toit de Laila, une petite voisine de quartoze ans. Enceinte, Laila met au monde une fille. D'abord rongée par la jalousie, Mariam va finir par trouver une alliée en sa rivale. Toutes deux victimes de la violence et de la misogynie de leur mari, elles vont unir leur courage pour tenter de fuir l'Afghanistan. Mais parviendront-elles à s'arracher à cette terre afghane sacrifiée, et à leur ville, Kaboul, celle qui dissimulait autrefois derrière ses murs, "mille soleils splendides"?
 
Avis :
Le résumé est un peu trop bavard à mon goût, il nous délivre une vue d'ensemble du roman plutôt que ses prémices.
 

Dans la première partie, on découvre Mariam et sa vie de petite fille n'est clairement pas rose. Les drames sont présents très vite, le ton est donné, on n'est pas là pour passer un moment agréable. Ensuite, vient la partie dédiée à Laila, qui semble avoir une meilleure situation familiale que Mariam, mais on ne sait pas encore ce que l'avenir lui réserve... S'en suit deux autres parties tout aussi dures et tristes.
 

On ne peut que compatir aux épreuves que traversent ces deux êtres,  juste parce que quelque part, elles appartiennent au mauvais sexe. On n'est forcément touché et bouleversé des conditions de vie que connaissent les femmes.
 

Tout au long de ma lecture, j'ai eu du mal à me dire que ce livre était une fiction, cela apparaît tellement plausible qu'il est difficile de se dire que nos deux protagonistes ne sont pas réelles, juste sorties de l'imagination de l'auteur. Cette sensation provient, je suppose, du contexte, du pays, de l'époque choisis qui sont eux bien ancrés dans l'Histoire du monde.
 

Les différentes luttes et guerres sont glissées sans entacher l'histoire des deux femmes que nous suivons, elles sont le centre, la période est importante car elle a une incidence sur leurs vies mais l'auteur n'en fait pas trop, ne perdant pas de vue ce que les lecteurs sont venus chercher dans cet écrit.
 

Une oeuvre emplie de combats, de volonté et de courage qui forcent le respect.

L'énigme de la momie blonde 20/01/2014

Policier
472 pages chez Le livre de poche
tome 9
 
Résumé :
Le Caire, 1903. Les Emerson vont-ils pouvoir pratiquer tranquillement leurs fouilles archéologiques ? Rien de moins sûr... Pour commencer, un message sibyllin enjoint à Emerson de ne pas s'approcher de la tombe 20-A. Mais où cette tombe est-elle située exactement ? Existe-t-elle même ? D'autres contretemps viennent perturber le début du travail. Un vieil ami, séjournant au Caire, semble être tombé sous la coupe d'une spirite, au grand désespoir de sa femme ; un colonel américain, qui a servi durant la guerre de Sécession et dont les épouses sont mortes dans des circonstances assez troubles, s'enquiert auprès d'Emerson d'un éventuel garde du corps pour sa fille Dolly, apparemment menacée d'on ne sait trop quel danger ; cette même Dolly s'amourache de Ramsès, le fils des Emerson, devenu un séduisant jeune homme ; et, pour couronner le tout, le célèbre couple d'archéologues découvre une momie pour le moins étrange... Ce n'est qu'après avoir élucidé bien des énigmes que les Emerson pourront poursuivre leurs fouilles.
 
Avis :
Le titre n'est pas vraiment approprié de par le singulier du mot énigme car au fil des pages, elles se révèlent être multiples comme le signale le résumé.

J'ai adoré de suite tous les personnages composant la famille Emerson, elle est particulière et attachante, connue pour ses frasques autant que pour ses connaissances archéologiques.

Emerson père se distingue par son côté grognon, sa femme pour ses manières de dame en avance sur son temps, Ramsès pour son visage de marbre. S'ajoute à cette souche, Nefret, belle rousse suivant les traces de sa "tante" en matière d'idées sur les femmes et leur place dans la société. Ils sont tous très intelligents et n'ont pas leurs langues dans leurs poches.  A leurs côtés David, un cousin discret mais très agréable à suivre grâce aux fortes valeurs d'amitié qu'il véhicule.

A l'opposé, nous avons quelques protagonistes de ci, de là, fort détestables et mauvais comme Dolly, jeune femme en apparence fragile qui se révèle être une vraie teigne.

Je n'ai pas cherché à deviner qui, quoi, qu'est-ce, le dénouement ne pouvait donc que me surprendre.

Je me suis laissée bercer par les lignes parcourues sans me torturer les méninges. En cause, un style descriptif qui ralentit l'arrivée des rebondissements et des révélations de façon significative.

Pour preuve, la pseudo momie ne fait son apparition qu'après cent bonnes pages.

Si on passe outre ce poids amené par les détails, l'idée est excellente, plusieurs petites histoires sont développées et beaucoup de sentiments apparaissent au cours de notre lecture.

Il n'est nullement nécessaire de suivre l'ordre des tomes, des rappels sont certes faits mais la trame reste parfaitement compréhensible.

Des notions de mythologie égyptienne ne sont pas non plus exigées mais il est évident dès le début que ce contexte sera présent, c'est la toile de fond donc il faut qu'elle plaise un minimum pour vivre avec plaisir sa lecture de par les lieux traversés.

Un bon policier à l'ancienne qui se veut dépaysant.

Dieu est un pote à moi 15/01/2014

Contemporaine
214 pages chez Pocket
 
Résumé :
L'un a une barbe de quelques jours, l'autre de millions d'années. L'un vit sur terre, l'autre dans les nuages. L'un est vendeur dans un sex shop, l'autre a un métier qui réclame le don d'ubiquité. L'un n'a pas beaucoup d'amis, l'autre aimerait parfois se faire oublier d'eux...Vous ne voyez toujours pas de qui il s'agit? Et si Dieu avait décidé de faire de vous son meilleur ami?
 
Avis :
La religion est un sujet délicat à traiter, c'est à double tranchant. Ici, point de réel débat. Dieu est un personnage tourné en dérision, il est clairement funky : répliques vulgaires, humour noir, blagues à deux francs six sous. Il est bien loin des conventions. Malgré cela, il tient des discours sérieux sur les hommes qui se révèlent intéressants et moralisateurs.
 

Ce livre peut se découper en deux parties, la première a retenu toute mon attention de par son humour et les situations rocambolesques qui nous sont présentées. La seconde vire dans le mélodramatique et de ce fait m'a moins happée.
 

Une lecture rapide où les sentiments sont rois.
 

Le dénouement n'est pas celui auquel je m'attendais, il était en dessous de mes espérances, la révélation tant attendue était loin de ce que j'avais imaginée et n'a point fait mouche.
 

Notre personnage principal est un homme lambda qui a connu un départ difficile et qui se rend attachant, il n'est pas épargné et on se fait la remarque qu'il pourrait appartenir à notre société.
 

C'est un livre dans l'air du temps, une histoire actuelle qui peut parler au lecteur.
 

Une relation improbable très bien menée niveau émotionnel.

Rémoras 08/01/2014

Thriller & policier
528 pages chez Hélène Jacob
Rémoras

 
Résumé :
Trois anciens membres d'une cellule très spéciale des services de renseignement français décident de reprendre du service après une retraite de 8 ans, afin de se venger de leurs anciens employeurs. Dans leur sillage, ils entraîneront un cataclysme mondial qui les dépasse totalement et qui transformera le monde tel que vous le connaissez. Qui sont vraiment ces hommes ? Ont-ils les moyens de réussir leur mission et de redistribuer les cartes de la géopolitique mondiale ? Vandercamere, le manipulateur, Giraud, le séducteur, et Balard, le vengeur repenti, peuvent-ils rivaliser avec le Cercle, ce groupe d'hommes qui semble être aux commandes de la planète ? Est-il seulement possible de modifier le cours de l'histoire et de combattre ceux qui ½uvrent dans l'ombre depuis si longtemps ? Qui décide vraiment du sort du monde et quels sont ses plans pour l'humanité ? « Rémoras » concrétise la mise en commun de deux approches complémentaires de la politique-fiction, la plume se mettant au service d'une histoire qui flirte constamment avec l'actualité. Saurez-vous même faire la part entre la réalité et la fiction ? Rémoras est-il un simple thriller ? Non ! Un polar, peut-être ? Non plus ! Juste un roman de politique-fiction, alors ? Pas plus ! Rémoras est simplement Rémoras...
 
Avis :
C'est un réel talent que possèdent les auteurs. Oser un tel sujet et  si savamment l'amener mérite qu'on les félicite pour cette prise de risque.

On débute avec une première partie haute en personnages et en dates qui pose des bases que l'on ne saisit pas de suite, on se retrouve à chercher qui, où, pourquoi, dans quel but. C'est très intrigant malgré le flou régnant car on comprend qu'il y a des tenants et des aboutissants avec de gros enjeux.

On se sent concerné par l'intrigue qui inclut des événements clefs de notre Histoire. On devient méfiant limite parano, on ne discerne plus dans le roman la part de réel et la part de fiction. C'est déstabilisant.

La fin est classique, une ouverture sur le second tome typique mais je ne l'aurais pas voulu autrement.

Un rythme et une écriture au poil, mêlant actions, émotions, discussions avec goût et sans casser la lecture.

Vous aussi, les informations, les actions des gouvernements et tout ce qui s'en suit ne vous passionne pas, ne tournez pas le dos à ce premier opus car le résultat pourrait bien vous surprendre tant c'est prenant et surtout clair, j'ai tout compris et pourtant ce livre partait avec un handicap car la politique, les finances, les décisions d'états ne sont aucunement des thèmes que je côtoie.

Un méchant il y a et ce n'est pas celui que j'accusais, une excellente surprise donc que le dénouement.

Au niveau des protagonistes, j'ai adoré notre trio qui se bat pour ses convictions malgré l'ampleur de la lutte à venir, mais cependant c'est Iris qui restera The personnage pour moi pour son passé, son présent et sa décision.

Une petite bombe livresque bien dosée en révélations explosives qui sèment un doute horrible dans notre esprit.
 

Remerciements :
Aux éditions HJ pour ce partenariat.
 
Lien utile :
Editions Hélène Jacob - Rémoras

Rémoras
 

Avec les alcooliques anonymes 06/01/2014

Témoignage
354 pages chez Folio

Résumé :

«– Je m'appelle Frank T... et je suis un alcoolique. – Je m'appelle Elizabeth F... et je suis une alcoolique. Selon la condition sociale, le vêtement était luxueux, ou pauvre. Selon le degré d'éducation, variaient les manières et les voix. Mais l'origine, la culture, le costume, la fortune des hommes et des femmes qui parlaient ainsi et des hommes et des femmes à qui s'adressaient leurs propos n'avaient aucune importance. Ils étaient tous unis par un lien commun, plus fort que celui d'un milieu, d'une race, d'une famille, ou même d'un amour. Blancs ou Noirs, opulents ou misérables, illettrés ou savants, ils étaient solidaires, ils étaient frères à jamais, parce qu'ils avaient subi le même mal dévorant et qu'ils avaient laissé aux griffes du monstre leur chair et leur âme.»
 
Avis :
Un livre reprenant un reportage vieux de plusieurs décennies et qui, malgré tout, n'apparaît pas comme désuet. Les alcooliques n'ont pas pris une ride aux vues des explications et des exemples traités au fil des pages ni leur phrase culte que l'on connaît tous : «Je m'appelle X et je suis alcoolique».

Un thème dévastateur pour les victimes de ce vice tout comme pour leurs proches. Par mal, j'entends maladie, si on avait des doutes avant, ce livre nous met dans le droit chemin et nous fait voir les choses différemment.

On découvre des hommes et des femmes aux narrations bouleversantes qui pourtant chacune à sa façon contient un soupçon d'espoir, le tout est de s'y accrocher comme l'ont fait la plupart des personnes citées.

C'est un univers sombre, qui prend toute sa vigueur le soir venu mais grâce aux A A on ne veut retenir que le côté chaleureux qu'ils offrent, leur fraternité, une bien belle action humaine que cette entreprise excellemment organisée.

Chaque récit est marquant mais on en a tout naturellement un qui nous reste en tête, pour moi ce sera celui de lady Kay qui tourne son histoire en dérision de façon triste et drôle à la fois.

On trouve aussi des chiffres, des statistiques qui font froid dans le dos et d'autres qui donnent envie de croire aux miracles de voir quelqu'un dont la boisson est sa pseudo meilleure amie guérir.

Partenaires 13/06/2012

Partenaires


Partenaires

angellovebooks
&

Un challenge en commun,
des goûts quasi similaires,
nées le même mois de la même année ;)
nous voici donc amies livresques
pour le pire et le meilleur des livres =)